VIH/SIDA

 

 

 

 

 

 Contribution de l’ONG FESADE dans la lutte contre le VIH/SIDA

L’ONG FESADE a menée des projets de lutte contre le VIH/SIDA dans plusieurs communautés.

1. Mise en œuvre des CLLS

Elle procédée par la formation de 70 organismes d’appui pour la lutte contre le VIH/SIDA au niveau national, la formation de 200 Organisations à base communautaire dans les régions du Centre et du Littoral, la mise en place et le suivi de 20 comités locaux de lutte contre le VIH/SIDA (CLLS). Toutes ces activités ont été réalisées sur contrat avec le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS).

Publication d’un curriculum d’éducation à la sexualité pour adolescents/jeunes comprenant 21 modules y compris ceux sur le VIH et le Sida, les IST,

FESADE a formée plus de 9203 jeunes (dont 5289 filles et 3914 garçons) sur l’éducation à la sexualité et la lutte contre le VIH et le Sida ;

Elle a également formée de 20 réseaux d’associations de femmes en éducation à la sexualité et lutte contre le Sida ;

Elle a menée un Plaidoyer pour l’intégration SR/VIH avec un kit préparé à cet effet; la formation des représentants de la Société civile au « Country Coordinating Mechanism(CCM) » du Fonds mondial de lutte contre le Sida , le paludisme, la tuberculose et d’autres maladies sur l’intégration SR/VIH ; la formation de 20 organisations de la société civile à l’intégration SR/VIH ; et enfin l’élaboration d’outils de suivi et d’évaluation de l’intégration SR/VIH

2. Le projet de prévention des IST/VIH/SIDA

En 2005, le fonds SIDA de la Coopération Canadienne signe une convention avec FESADE pour la mise en œuvre d’un projet de lutte contre le VIH/SIDA particulièrement chez les femmes et les filles dans les Arrondissements de Ngog-Mapubi et Dibang, tous deux regroupés dans le district de santé de Ngog-Mapubi. Ces deux Arrondissements sont situés aux abords proches (4 à 16km) du tronçon routier Yaoundé Pouma sur l’axe Yaoundé –Douala. La durée de ce projet étaut de 2 ans (2006 – 2007)

 

L’objectif de ce projet de 2 ans était de contribuer à la réduction de l’incidence des IST et du VIH/SIDA dans les populations rurales par la promotion de l’adoption de comportements à moindre risque.

Les objectifs spécifiques étaient de :

1.    Développer pendant la période du projet, les compétences de 80 éducatrices communautaires, membres de 40 groupes organisés à la base (associations de femmes et autres) des 11 localités sites du projet en CCC dans la prévention des IST/VIH/SIDA.

2.    Amener au moins 20% des membres des groupes organisés des sites du projet à connaître leur statut sérologique pour le VIH pendant la période du projet.  

3.    Mettre en place deux centres d’information, d’écoute et de conseils en VIH/SIDA au sein des communes rurales de Ngogmapubi et Dibang. 

4.    Promouvoir dès le début du projet, le témoignage des PVVIH sur la stigmatisation, le dialogue et les rencontres entre les PVVIH en milieu rural

 

Les PRINCIPALES RESULTATS DE CE PROJET

L’organisation d’une campagne vaste de dépistage volontaire a été menée dans chacune des deux arrondissements avec l’appui de l’équipe médicale du district de santé de Ngog-Mapubi, des 80 éducatrices communautaires formées par FESADE et des mobilisateurs communautaires habituels du district de santé de Ngog-Mapubi.t. Les femmes, leurs partenaires sexuels et les membres de leurs ménages ont été dépistés et les résultats disponibles;

Plus de 1074 personne ont été dépistées. L’analyse des données présentent les résultats ci-dessous :

Sur 1047 personnes dépistées, 48 sont séropositives (4,58%) dont 13 hommes (2,65%) et 35 femmes (6,29%) les tranches d

3. Compagne de dépistage du VIH dans deux communautés rurales

Le projet est né à la suite de deux campagnes de dépistage du VIH dans deux communautés rurales. Les cibles visées étaient la population générale pour une communauté et les femmes en âge de procréer pour l’autre. Dans la première communauté, le projet n’avait pas prévu de prise charge pour les dépistées séropositives, Dans la deuxième communauté, le projet avait prévu une prise en charge minime.